INFOUEST
INFOUEST n°73

INFOUEST n°73

L’inFO militante
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire

La DASEN des Côtes-d’Armor vient de faire connaître ses décisions concernant les ouvertures et fermetures de postes :

Ouvertures : 31,5
Ecoles maternelles : Broons (+1), Caulnes (+1), Saint-Brieuc Guy Ropartz (+1), Saint-Brieuc Guébriant (+1)
Ecoles élémentaires : Lannion Woas Wen (+0,5 PDMQDC), Plémet (+1), Plouagat (+1), Saint-Brieuc La Vallée (+1)
Ecoles primaires : Bobital (+1), Hénanbihen (+0,5 aide pédagogique 2016/17), Lamballe Saint Aaron (+0,5), Lanrodec (+1), Paimpol (+
0,5 PDMQDC), Saint-Brieuc Brèche aux cornes (+1), Saint-Brieuc Cesson Croix rouge (+0,5), Taden (+1)
RPI : Plestan/Tramain (+ 0,5 à Plestan), Ruca/Saint Potan (+0,5 aide pédagogique 2016/17).
Classes bilingues : Bégard élémentaire (+1), Plérin maternelle Harel de la Noé (+1), Plouézec maternelle (+0,5), Plouézec élémentaire (+
0,5), Ploumagoar élémentaire (+1)
Remplaçants : 5 postes dont 2 en Centre Ouest Bretagne – Décharges de direction : 7 postes – Itinérant allemand : St-Brieuc (+1)

Fermetures : 29
Ecoles maternelles : Grâces (-0,5), Lamballe Lavergne (-1), Lanvallay (-1), Plémet (-1), Plénée Jugon (-0,5), Plérin Harel de la Noé (-1),
Plouagat (-1), Ploufragan Villes Moisan (-1), Pordic (-1), Quintin (-1)
Ecoles élémentaires : Plouer/Rance (-1), Tréguier (-1)
Ecoles primaires : Bégard Trézélan (-1), Boquého (-1), Erquy (-1), Lanmodez (-1), Le Vieux Bourg (-1), Maël Carhaix (-1), Noyal (-1), Paimpol
(-2), Pléneuf Val André (-1)́, Ploulec’h (-1), Pontrieux (-1), Saint Nicolas du Pélem (-1), Trédrez Locquémeau (-1), Yvignac la Tour (-1)
RPI : Quemperven/Lanmérin/Langoat (- 1 à Langoat)
Classes bilingues : Plestin les grèves maternelle (-0,5), Ploumagoar maternelle (-0,5) – Itinérant breton : Paimpol (-1)

Autres mesures :
– Déplacements de postes E et G,
– Possibilité de transférer 0,5 ou 1 poste élémentaire de Plouézec vers maternelle Plouézec (monolingue)
– Fusions de 21 écoles en 9 écoles (sous réserve des délibérations de conseils municipaux, seuls décisionnaires)

Peu de modifications du projet initial…
…mais parmi celles-ci, une fermeture qui n’était pas annoncée !

Le jeudi 28 janvier à l’issue du CTSD, la directrice académique avait renoncé à transformer des postes G en postes E, avait accordé 0,5 d’aide pédagogique à Hénanbihen et au RPI Ruca/St Potan, puis répondant à des questions du SNUDI-FO sur la situation de Paimpol, avait expliqué qu’elle ne toucherait pas à la décharge complète de direction de Paimpol. Son projet a recueilli 9 voix contre (3FO, 4FSU, 2UNSA) et 1 abstention (1CFDT) : beaucoup de dossiers, selon la directrice académique, « méritaient un regard attentif », formule que celle-ci utilise lorsque les effectifs sont intolérables mais qu’elle n’a pas prévu de leur donner ou de leur laisser des moyens d’enseignement convenables. Le SNUDI-FO a combattu sur tous les dossiers qui lui avaient été confiés mais très généralement, la DASEN a décidé d’ignorer les doléances des collègues.

De plus, son communiqué de presse du mardi 2 février fait apparaître trois changements. Paimpol obtient 0,5 poste plus de maître que de classes, qui sera associé à la décharge de direction qui finalement tomberait à 0,5. L’école de Woas Wen à Lannion obtient également 0,5 poste plus de maître que de classes. Surtout apparaît une décision de fermeture qui n’avait jamais été évoquée : retrait d’un poste à la maternelle de Lamballe Lavergne !

La DASEN veut imposer les fusions coûte que coûte

Cette mesure de fermeture à Lavergne est particulièrement intolérable, d’abord parce que l’école qui n’a pas été prévenue, n’a pu présenter aucune défense. D’autre part, la décision de fermeture s’accompagne d’une parenthèse « reconsidéré si fusion avec l’école élémentaire » : il s’agit de venir au secours du maire de Lamballe qui a décidé la fusion de Lavergne et Mathurin Méheut mais a obtenu globalement un avis négatif des conseils d’école mercredi dernier.
Ce chantage est d’ailleurs utilisé contre 6 écoles dans le document (bien plus en réalité). Les 9 fusions annoncées lors de la carte scolaire, ce qui porterait à 22 le nombre de fusions depuis 2011, ne suffisent pas ! La raison en est simple : depuis 2011, les 22 fusions ont permis de fermer 17 postes (contre 4 ouvertures). C’est donc 13 postes qui ont été récupérés en 5 ans.

Pour discuter de la nécessaire riposte, venez nombreux aux réunions organisées par le SNUDI-FO22 !

Pascal CONAN et Stéphane MOTTIER (S.N.U.D.I. 22)