InFOuest
N°70 - Juillet 2019

N°70 - Juillet 2019

L’inFO militante
N°3317 - 27/11/2019

N°3317 - 27/11/2019

Partenaire
Partenaire
Partenaire

Déclaration de la Commission Exécutive

de l’Union Départementale

Force Ouvrière des Côtes-d’Armor

POUR L’ABANDON DU PROJET MACRON-DELEVOYE

DE DESTRUCTION DE NOS RÉGIMES DE RETRAITE

REFUS DE LA RETRAITE DES MORTS

Le rapport Delevoye sur les retraites, publié le 18 juillet, confirme toutes les craintes exprimées par la confédération FO : le gouvernement a l’intention de supprimer tous les régimes de retraites existants pour les remplacer par un régime universel par points. Le gouvernement présente aujourd’hui son projet de réforme et son calendrier, au moment où les salariés de la RATP sont en grève massive contre cette attaque.

Nos 42 régimes de retraite assurent une protection collective adaptée aux travailleurs malgré les attaques répétées : réforme Balladur en 1993, plan Juppé en 1995, réforme Fillon en 2003, réforme Woerth en 2010 qui ont entraîné des mobilisations massives des travailleurs. Le gouvernement a dû reculer en 1995 devant l’unité réalisée des travailleurs. Encore aujourd’hui, chacun peut calculer le montant de sa pension à venir et sait à quel âge il peut faire valoir ses droits à la retraite.

À la place, selon le projet du gouvernement, les pensions seraient calculées sur la moyenne des traitements de toute la carrière et ne pourrait garantir le montant des pensions car la valeur du point fluctuerait en fonction de la croissance, de l’emploi, de la dépense publique, de l’espérance de vie !

Le calcul des pensions sur la totalité de la carrière entraînerait une baisse considérable des pensions. Il n’y aurait plus aucune référence à une durée de cotisation. C’est une précarisation et une paupérisation de l’ensemble de la population qui se prépare. La valeur du point recalculée chaque année par le gouvernement permet de faire baisser encore plus le montant des retraites pour tous. L’âge de départ à la retraite ne serait plus garanti. Plus personne ne serait en mesure de déterminer à quel moment il aura suffisamment de retraite pour s’arrêter ! Chacun sera incité à capitaliser dans des fonds de pension lorsqu’il en aura les moyens, avec les risques, pour les salariés, de banqueroutes ou de dépôts de bilan qui les dépouilleraient de leur retraite.

Les droits collectifs définis pour tenir compte des situations particulières, les droits liés aux métiers pénibles, aux catégories actives disparaîtraient, repoussant pour tous ces salariés l’âge de départ à la retraite de plusieurs années.

C’est aussi la fin des droits à des trimestres supplémentaires pour enfants (qui permettent souvent d’éviter la décote) la réduction des majorations de pensions liées aux enfants et la réduction des pensions de réversion.

Ce serait la fin de notre système par répartition où les travailleurs d’aujourd’hui payent pour les retraités d’aujourd’hui, remplacé par un système individualiste où chacun cumule des points. Le système soi-disant universel aboutirait comme en Grande-Bretagne à des centaines de fonds de pension.

Impossible pour Force Ouvrière

d’accepter le projet Macron-Delevoye contre nos retraites.

La Commission Exécutive de l’UD-FO 22 refuse tout régime universel par points. Elle réaffirme ses revendications :

  • Retrait du projet de contre-réforme Delevoye-Macron
  • Maintien du système par répartition qui a fait ses preuves, seul système qui résiste aux crises
  • Maintien des 42 régimes de retraite existants
  • Retraite à 60 ans à taux plein, 37,5 annuités pour tous.

La Commission Exécutive de l’UD-FO 22 décide d’alerter tous les salariés du privé et du public sur les dangers de cette réforme. Elle invite ses syndicats à multiplier les réunions, les AG et les prises de position dans les semaines qui viennent pour le retrait du projet du gouvernement. Elle décide de rassembler ces prises de position dans le but de constituer une force unie, soudée, déterminée, capable de faire reculer le gouvernement.

Le secrétaire général de la confédération affirme que FO ne participera pas aux réglages d’une contre-réforme qu’elle conteste ! Il a annoncé : « S’il faut aller à la grève, nous sommes prêts. » Ce n’est pas la nouvelle « concertation-bis » sur la contre-réforme des retraites que vient d’annoncer le président Macron, qui peut nous convaincre du contraire.

La Commission Exécutive de l’UD-FO 22 invite tous les militants, adhérents, salariés à s’inscrire pour participer à la manifestation d’ampleur et au meeting public/privé organisé par la confédération FO le samedi 21 septembre pour la défense de nos retraites et le maintien des régimes existants, contre le régime universel par points, pour préparer la grève générale afin de bloquer le pays et d’obtenir le retrait du projet Macron Delevoye.

TOUS À PARIS LE 21 SEPTEMBRE !

Pour construire la grève dans l’unité et gagner le retrait du projet de loi, la CE mandate le bureau de l’UD pour rencontrer les autres organisations syndicales.

La CE invite ses syndicats à multiplier les réunions, les AG et les prises de position.

Gagner pour reconquérir nos droits :

Résister, revendiquer, reconquérir !

A l’unanimité moins une abstention