L’inFO militante
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire

Presse nationale: TF1

Une prime pour décaler ses vacances : la pilule passe mal à l’hôpital de Saint-Brieuc

L’hôpital de Saint-Brieuc propose de verser une prime aux soignants qui acceptent de reporter leurs congés d’été en septembre.

Un remède au manque de personnel qui n’est pas du goût de tous.

La proposition fait grand bruit dans les couloirs du centre hospitalier Yves-Le Foll de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). L’établissement a proposé à ses infirmiers et aide-soignants de repousser leurs vacances d’été. En échange, une prime de 350 euros sera versée pour chaque semaine initialement posée pendant les vacances scolaires et reportée après le 15 septembre.

Une incitation qui vise à soulager les problèmes de personnel de l’hôpital. Ici, environ 25 postes sont à pourvoir. Le mois dernier, les interventions non urgentes avaient même dû être déprogrammées. Et l’été s’annonce compliqué, entre congés et hausse des admissions. « La situation est tendue, comme partout en France. Il y a aussi la particularité que l’on est une région touristique, avec une activité plus forte l’été », fait valoir Ariane Benard, la directrice de l’hôpital, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

« On est resté sans voix »

Chez les principaux concernés, c’est le scepticisme qui prédomine face à cette proposition de prime. « Je ne changerai pas des congés annuels qu’on nous demande de positionner dès le mois de janvier », affirme une soignante au micro de TF1. « Perso moi non, je ne le ferais pas », poursuit-elle, ajoutant : « On a des familles, une vie pas qui n’est pas que professionnelle« .« Chacun a le choix. Peut-être que ça peut plaire à des jeunes, parce qu’ils n’ont pas de famille ou qu’ils veulent prendre leurs vacances en septembre… », abonde l’un de ses collègues.

Même son de cloche du côté des syndicats, pour qui la pilule ne passe vraiment pas. « Les primes, c’est non. Une revalorisation et des embauches oui », réagit  Carine Le Tertre, secrétaire générale Force Ouvrière du centre hospitalier de Saint-Brieuc. « Quand on nous a annoncé cette prime, on est resté sans voix. On s’est demandé dans quel système on va. Ces solutions ne sont pas pérennes, on est simplement en train de décaler le problème », ajoute l’aide-soignante.

Parallèlement, l’hôpital prend d’autres mesures pour tenter d’avoir un impact de plus long terme. La direction veut ainsi attirer les jeunes soignants avec des salaires plus élevés ou la mise à disposition d’un logement.

https://www.tf1info.fr/vie-pro/video-a-l-hopital-de-saint-brieuc-une-prime-pour-decaler-ses-vacances-2218804.html