InFOuest
N°68 - Octobre 2018

N°68 - Octobre 2018

L’inFO militante
N°3295 - 28/11/2018

N°3295 - 28/11/2018

Partenaire
Partenaire

Réussir le rassemblement national le mardi 16 Décembre

La Commission Exécutive (CE) de l’UD des Côtes d’Armor réunie le 31 octobre 2014 à Saint Brieuc constate que la situation des salariés, actifs, retraités, privés d’emploi , analysée par notre dernière commission exécutive, et plus récemment par le CCN de la CGT FO des 2 et 3 octobre, ne fait que se dégrader du fait des politiques d’austérité dictées par la Troïka (Fonds Monétaire Internationale, Banque Centrale Européenne, Union Européenne), politiques auxquelles le gouvernement se soumet.

Alors que le chômage continue d’augmenter, le gouvernement poursuit sa politique de réduction dogmatique de la dépense publique, de cadeaux, d’exonérations, de crédits d’impôts aux entreprises, financés par les ménages et le pillage de la Sécurité Sociale, en détruisant au passage le principe du salaire différé, sur lequel repose la sécurité sociale et les retraites.

Non content de satisfaire à toutes les exigences du patronat, le gouvernement cherche à diviser et stigmatiser : le salarié dont le coût serait exorbitant, le malade qui coûterait trop cher à l’assurance maladie, l’enfant et la famille qui ruineraient la Caisse d’Allocations Familiales, le retraité qui serait un nanti, le chômeurs qui serait trop indemnisé, trop longtemps, les fonctionnaires dont on va de nouveau renforcer le contrôle des arrêts maladie, et dans tous les secteurs, les grévistes qui revendiquent pour la préservation de leurs droits, de leurs emplois…

La CE de l’UD réaffirme les revendications exprimées depuis plusieurs mois au nom des salariés, elle exige notamment

  • Le retrait du Pacte de responsabilité, contre la politique de baisse généralisée du coût du travail, contre la politique d’austérité, et les pactes de tous ordres, qu’ils soient d’avenir pour la Bretagne ou de responsabilité, conçus pour associer les syndicats au recul des droits nationaux, et des conquêtes ouvrières (code du travail, convention collective nationale, statut de la fonction publique, sécurité sociale…) 
  • l’arrêt du pillage de la Sécurité Sociale, et le maintien de la garantie des droits sociaux, en matière de maladie, vieillesse, famille, qui constituent la sécu de 1945, conquise par nos pères, et basée sur le salaire différé
  • l’arrêt des licenciements, et un réel soutien à l’activité économique par la création d’emplois en CDI ou statutaires
  • l’arrêt de la casse des services publics, et de l’arrêt l’acte III de la décentralisation qui organise la régionalisation et la territorialisation, pour mieux liquider la République une et indivisible. L’abrogation des décrets Peillon/Hamon sur les rythmes scolaires

 

  • l’Augmentation générale des salaires et des pensions retraites et minima sociaux.

La CE a pu constater avec satisfaction que les salariés sont prêts à se mobiliser, lorsque leurs revendications sont exprimées clairement, comme l’ont démontré les agents territoriaux de la ville de St Brieuc, en déclenchant une grève de 15 jours, contre les cadences inacceptables imposées aux agents et aux enfants, par la réforme des rythmes scolaires. La détermination qu’ont montré ces personnels est très significative de l’état d’esprit des salariés aujourd’hui : on n’en peut plus, çà suffit : satisfaction des revendications !!…

D’une manière générale, durant la CE, les interventions des militants ont également rappelé que la guerre engagée par le capital et portée par le gouvernement contre les salariés, guerre que les salariés combattent tous les jours sur le terrain, mérite une riposte de grande ampleur, à la hauteur des coups portés !!!

La CE de l’UD réaffirme la nécessité urgente de s’opposer par une initiative nationale d’ampleur aux politiques d’austérité. Elle prend acte de la décision de la Commission Exécutive confédérale, dans le cadre du mandat du CCN, d’appeler à un rassemblement national le mardi 16 décembre. La CE de l’UD décide de prendre toutes les mesures d’organisation pour mobiliser les militant(e)s et adhérent(e)s et appelle par conséquent à réussir le mardi 16 décembre, comme un pas vers une initiative nationale plus large…

La CE considère enfin que pour réussir à faire reculer le gouvernement, l’unité la plus large est nécessaire pour exprimer ces revendications. Aussi, elle mandate le bureau, et son secrétaire général, pour que des convergences soient recherchées avec les autres organisations syndicales, qui s’opposent au pacte de responsabilité.

La CE décide que l’UD s’adresse dans ce sens à la CGT, la FSU et Solidaires, pour leur proposer une rencontre, afin de discuter des initiatives communes qui peuvent être dans les prochaines semaines, pour mobiliser les salariés du public et du privé, pour le retrait du pacte de responsabilité, et renforcer ainsi le rapport de force, pour construire le mouvement qui prépare la mobilisation nationale indispensable à l’arrêt de cette politique qui tourne le dos aux revendications des salariés.

La CE de l’UD considère enfin que pour résister à la politique du gouvernement et du patronat, le renforcement de la place de FO est indispensable. Cela passe par le développement de la syndicalisation, par de nouvelles implantations, et par le renforcement des syndicats existants, mais aussi par les résultats électoraux dans tous les secteurs, par l’expression constante de nos positions, en toute indépendance.

De ce point de vue, la CE constate également que les salariés se tournent plus naturellement vers les syndicats Fo poutr défendre leurs revendications, en adhérant…

De ce point de vue, les élections professionnelles du 4 décembre dans toute la fonction publique (Etat, Territoriale, Hospitalière et La Poste), pour lesquelles 5,2 millions d’agents seront appelés à voter constituent donc un enjeu considérable pour toute la confédération et la définition de sa représentativité. La CE de l’UD appelle toutes ses structures du public et du privé, tous ses adhérents, à se mobiliser pour la victoire du vote FO dans la Fonction Publique*. Dans ce cadre, le meeting en présence de Jean-Claude Mailly pour la défense des services publics, le vendredi 14 novembre à 14 H à Rennes, est une échéance importante qu’il convient de réussir.

Chacun comprendra que dans la situation actuelle, la réussite de FO dans ces élections sera un élément déterminant, dans la constitution du rapport de force pour imposer le retrait du pacte de responsabilité. Ce succès constituerait en effet une validation des revendications que nous exprimons, en défense du service public, garant de la préservation de l’égalité des citoyens en droits, en clair de la République. Il nous appartient donc à tous, et à chacun de nous mobiliser pour assurer cette réussite. Le dépôt des listes dans le département en a constitué la première étape. La réussite du meeting du 14 novembre à Rennes doit être un objectif pour tous.

* La CE appelle également toutes ses structures à faire gagner les élections à la Mutualité Sociale Agricole (du 12 au 27 janvier), ainsi que dans les offices d’HLM de décembre (listes AFOC).